Entre les murs

by BagHz

supported by
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
« Un virus pour les gouverner tous Un virus pour les confiner Un virus pour les amener tous, Et dans les ténèbres les lier Au pays de la peur où s'étendent les ombres. » Alors la nature a parlé « Cessez de vous croire tout puissant. » Et l’Homme a ri, puis tremblé S’est terrer en rechignant C’est dur, le confinement, hein ? Ça montre bien comme t’es faible… T’avais oublié ? L’humilité c’est important. « Souviens-toi que tu es mortel Je suis ce virus, venu mettre un coup d’arrêt A vos folies exponentielles Pour un temps, profitez-en, Vous vouliez l’individualisme ? Le voici jusqu’à l’enfermement ! » Prends garde à ton voisin, Garde à tes enfants, Reste bien sage ; attend la sémantique des dirigeants Parlent d’union dans leur folie Alors faut plus de réunions Mais pour un bulletin de vote, allons, tout s’oublie Encore une fois, veulent nous faire croire à l’ennemi Envoient les pauvres au charbon, priorité ? L’économie Discours poignants… Prônent l’importance des services qu’ils ont piétiné Eux sèment la guerre, nous sommes en paix, mais Confinés Comme une espèce de cons finie Le choc pour la peur puis passer le temps avec Netflix et Konbini S'en sortir sans sortir, ça questionne, c'est certain Mais le problème demeure, pas de réponse avant demain Tous confinés Comme une espèce de cons finie Le choc pour la peur et la peur a tôt fait de faire des petits S'en sortir sans sortir, ça questionne, c'est certain On peut pas faire grand chose de plus, allez Vivons mieux et moins. Les cerveaux grouillent d’idées qu’on avait depuis longtemps Jamais réalisées, car l’envie est verrouillée par le temps Il s’est ralenti… un pseudo mal pour un sacré bien Sur les écrans tout le monde s’affole mais à côté ça crée des liens Bien obligés, c’est peut-être immobilisés qu’on sera les moins figés Enfin solidaires avec ceux qu’on a négligé Affligés de voir encore le mal s’ériger au bout du tunnel Tirer le meilleur même si le résultat paraît déjà mitigé Tous aux balcons ! Saluons ceux qui sont en première ligne Poing levé pour les blouses blanches et majeurs pour l’élite indigne Au-delà de l’hypocrisie morbide des pouvoirs conférés La maladie cherche à guérir, c’est pas pour rien si on se retrouve tous Confinés Comme une espèce de cons finie Le choc pour la peur puis passer le temps avec Netflix et Konbini S'en sortir sans sortir, ça questionne, c'est certain Mais le problème demeure, pas de réponse avant demain Tous confinés Comme une espèce de cons finie Le choc pour la peur et la peur a tôt fait de faire des petits S'en sortir sans sortir, ça questionne, c'est certain On peut pas faire grand chose de plus, allez Vivons mieux et moins.
2.
Sauve des vies Confine-toi Va bosser Reste chez toi Va produire Serre-toi la ceinture, mets ton masque, ne sors pas… Sauve des vies Confine-toi Va bosser Reste chez toi Va produire Serre-toi la ceinture et mets ton masque… Pas assez d’ordres au quotidien, besoin d’en rajouter ? Comme à chaque crise, crache sur ton voisin d’un air indigné Ça défoule de trouver les gens cons, c’est si facile Trouver les gens perdus, c’est si facile Trouver le monde inconscient, c’est si facile Mais les coupables n’ont pas nos raisons Pourtant, ça fait bien 30 ans que l’affaire est classée On s’arrache encore l’enquête chacun de son côté Pendant que les assassins se marrent en costards sur-côtés Dans les sphères du pouvoir, c’est concours à l’ignominie Les hauts-parleurs repoussent en chœur les limites Sur l’échelle de leur connerie C’est au pied du mur que les slogans résonnent le mieux « Nos vies valent plus que leurs profits » Ouais, là ça crève les yeux Bas les masques Si on est en guerre, c’est contre ceux qui décident Pour ceux qui en ont plein les basques Divisent pour régner, nous volent pour nourrir leur perversion Quoi ? C’est la crise ?! On sait très bien qui pointer du doigt, allons… La gangrène ne se propage pas d’en face mais d’au-dessus L’incompétence ne vient pas d’en face mais d’au-dessus Le manque de moyens d’en face c’est à cause d’au-dessus Si on pleure nos morts, faudra rendre les comptes au-dessus On applaudit tous les soirs ceux que les flics tabassent à tour de bras Faut qu’on se responsabilise alors qu’ils laissent crever ceux qui ne comptent pas Leur union nationale, qu’ils se la carrent jusqu’au prolapsus L’État ne protège pas ; nous isole chaque jour un peu plus Cette fois-ci, comment veux-tu qu’ils planquent les corps ? Une catastrophe pour chaque pièce d’or, amassée sur nos dos courbés Tu regrettes le dehors C’était bien mieux dehors Tu sais, ce beau dehors Qu’on leur a laissé baliser (bien lisser) Le chemin est encore long et au sortir on les attend au tournant Soudés, nous sommes la vie ; eux sont autant de virus incompétents Va tousser sur un ministre ! S’il faut, porte un masque pour tes proches Le leur tombe salement, on laissera plus les mains traîner dans nos poches. Bas les masques Si on est en guerre, c’est contre ceux qui décident Pour ceux qui en ont plein les basques Divisent pour régner, nous volent pour nourrir leur perversion Quoi ? C’est la crise ?! On sait très bien qui pointer du doigt, allons… Artypikal !
3.
C’est dur d’imaginer Sisyphe heureux Casser les habitudes dans son petit confort peureux Mais on n’a pas tous la même pente à remonter sans cesse Constamment trahis par nos sens ; est-ce qu’on sait qu’on se leurre sans laisse ? S’il reste des anges parmi nous, te dérange pas pour eux Ils ont lâché l’affaire et l’enfer paraît tellement mieux Pour nos plumes lestées de plomb dégoulinant A croire que nos ailes nous dégoûtent On sait lire mais… si peu entre les lignes On sait compter mais… rarement sur les autres On sait écrire mais… jamais dans les marges On sait parler mais… quand est-ce qu’on s’écoute ? Et le temps s’égoutte, sans aiguilles, sans tic-tac L’accent sur les croches en l’air comme tactique Pour échapper à l’ennui, jusqu’à dormir le jour Pour se draper au fond des nuits Dénuée de sens, l’époque c’est rien que des nuées De songes perdus, dans une matrice virtuelle Et quand l’Homme se reclut enfin Les dauphins reviennent nager dans les ruelles * * * Le monde est vraiment loin * * * Aaaah, quel cirque, quel spectacle, mesdames et messieurs Nos sociétés se gorafisent et le vieux monde règne Avec ses maîtres et ses dieux Les yeux rivés aux écrans, sans Internet, ce serait plus le même confinement En attendant, qui aime bien châtie bien Et faut croire que t’es pas si misanthrope vu comme tu parles de l’humain T’as tellement pitié de l’autre, que tu n’aimes pas Juste parce qu’au fond, tout au fond, l’autre, c’est un peu toi Toi qui… Transfères les folies que t’arrives mal à gérer Ingère tellement que tu sais même plus c’que tu vas vraiment pouvoir digérer Peur de laisser monter la fièvre… « Au moins lorsqu’elle nous gagne tous ça nous fait quelque chose en commun » Allez, t’attends le retour à la normale mais c’est elle qui nous a buté On retrouvera la joie du vivre ensemble au milieu des brasiers Des phrases hier, des textes aujourd’hui et des actes demain Qu’est-ce qu’on attendait pour tout reprendre en main, exactement, hein ?! On nous file les fouets pour être esclavagistes On nous vend les jouets pour être esclaves assistés On grossira les rangs des résistants qui n’restent pas dans les listes Paraît que le monde est triste ; force à ceux qui font que le vivant résiste.
4.
Liste des mots et expressions : - Dormir debout - Qui s'y frotte s'y pique - "C'est pas le couteau le mieux aiguisé du tiroir" - OSKUUR - Tchoukar - Kevin - J'ai les dents du fond qui baignent - Et mon cul c'est du teflon - Plénipotentiaire - Mon frère cadet - C'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur - "Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Charles Baudelaire... peut-être une (des) piste(s) à suivre..." -- après relecture, c'était donc absolument pas l'anniversaire de sa mort, mais bien de sa naissance. Trop tard, le morceau est déjà enregistré et monté... - Pays de Galles indépendant - Faire un flop - C'est maousse costaud - Stoïque - C'est en sciant que Leonard de Vinci - Emmanuel Macron est un homme formidable - Mange la marde - A trop attendre de voir, l'autruche s'enterre - Nonobstant - Elle est où la poulette ? - "J'ai embrassé un flic" - Jeûne intermittent - Moissonneuse-batteuse - Cornebidouille - Certifié croisade - Ma mère te passe le bonjour - GA BU ZO MEU - Raque ou encaisse - Un original ne se desoriginalisera jamais - Pédoncule
5.
Rêverie 03:16
MESDAMES ET MESSIEURS LE MOMENT QUE VOUS ATTENDEZ TOUS EST A RÊVER Je crée sans pression Ça laisse l’impression D’attendre le jour d’après Si on se laisse aller on n’en reviendra pas Est-ce que nos passions sont liées au vide ? Plus l’esprit est avide moins j’ai de patience J’aimerais faire plus qu’apprécier Entre deux faux silences Au bout du compte qu’est-ce qui va rester ? Tu meurs avec la dernière personne qui se souvient de toi Tu meurs avec la dernière personne qui se souvient de quoi ? La mémoire est malléable, à la fin de la fable Tout le monde a la morale mais à chacun sa conclusion Car la fin justifie les moyens Mais seulement du côté de ceux qui fabriquent l'opinion de ceux qui ne font Rien, de rien… Et qui justifiera la fin, hmm ? Qui justifiera la fin ? MESDAMES ET MESSIEURS LE MOMENT QUE VOUS ATTENDEZ TOUS EST A RÊVER Je sais qu’on est plein C’est pour ça qu’on le fait Petit grain de sable sur la plage abandonnée Vient grossir la dune face au furvent Préparer la 35ème Horde du Confinement En attendant, c’est le bordel en silence Et les sens en dents de scie lancent Des appels en différé, mal synchronisés Je perds mon essence, le soir, tard... à trop veiller On nous surveille et on nous sur-surveille Le confort éloigne l’effort de l’éveil Je joue avec le temps, jongle avec les mots en esthète Le pouvoir nous enferme pendant qu’on hoche la tête, en rythme Dites-moi, encore et toujours les mêmes choses Ça fait passer le temps qui passe et cent pas c'est déjà trop Pour ces cadences d’asthmatiques De galériens en sachet plastique, individuel Individuel… Individuel… Infime trace résiduelle de quartier résidentiel Chacun pour soi, et les pires pour tous Depuis la mort de Dieu on lève toujours les yeux au ciel MESDAMES ET MESSIEURS LE MOMENT QUE VOUS ATTENDEZ TOUS EST A RÊVER
6.
Liste des mots et expressions : - Quand un pêcheur boit, ses illusions sont détruites - Dithyrambique - Qui pisse au vent se rince les dents - Comminatoire - Mauvaise bouche - Je - Concupiscent - Sérendipité - Participe présent - Tout le monde a l'heure mais personne n'a le temps - Déconstructionnisme - Préambule - Masculinité hégémonique - Flexion, extension - Mens sana in corpore sano - Violences policières - Rouleau compresseur - Péloponnèse - Non, nous ne nous désolidariserons pas - Pastille - Palindrome - Cochonceté - Je redondonne, tu redondonnes, nous redondonnons, c'est redondant - Manger des épinards te rendra plus fort - Aide la police, tape-toi dessus - Se faire des cheveux d'encre - Copains comme cochons - C'est pas une sinécure - Castaner va gazer ta mère ! - Le temps s'étend, la pluie s'attend, le monde s'éteint - Le cube - Je crois en dieu mais c'est pas réciproque - "Furvent, ceux qui vont mûrir te saluent !" - Madame Pernelle - Surveille la cuisson des pâtes, je dois ranger mes Kapla - Flibustiers des îles vierges - Ardèche libre - "J'aime le bruit blanc de l'eau" - "Monde de merde" - Tuile canal - Tout en faisant trotter ses petites bottines - Si les choses étaient différentes, je n'aurais aucune pitié ! - Nerf disruptor Elite Edition

about

Un texte, une prod et un clip chaque dimanche, durant les six premières semaines du confinement (les vidéos sont disponibles ici : www.youtube.com/playlist?list=PLOsWTFzTxMrxJaj8v5K2vfKcOV8N0qf0M).

Un EP confiné, avec les moyens du bord et l'envie de créer intacte malgré l'enfermement forcé.

Textes : BagHz
Prod : Smogy
Basse, clarinette et piano : Sub
Scratchs : Artypikal

Instrus :
- Smogy (pistes 1, 2, 4, 6)
- Smogy & BagHz (piste 5)
- Sub & BagHz (piste 3)

Chœurs additionnels :
- Emma Fettomi (pistes 2 et 6)
- Amélie Egea (piste 3)

Guitare (piste 5) : Julien Rivière

Pistes 2 et 3 mixées par Romain Dupont.

credits

released May 10, 2020

license

all rights reserved

tags

about

BagHz Montpellier, France

BagHz est un musicien qui s'est laissé glisser vers le rap par sa soif d'écrire, un caméléon inspiré par des frontières d'influences et de vécus divers entre émerveillements et révolte, entre rage et amour...

contact / help

Contact BagHz

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like BagHz, you may also like: